Quels soins avant les fêtes ?

Quels soins avant les fêtes ?

A l’approche des fêtes de fin d’année, vous êtes nombreux et nombreuses à souhaiter réaliser quelques soins de médecine esthétique, de manière à vous montrer sous votre meilleur jour lors des réunions de fin décembre, ou bien commencer l’année à venir.
Il est possible de prendre soin de son visage, de ses rides mais également de certaines autres parties de son corps juste avant la fin de l’année grâce à certains soins à visée esthétique.

Les injections de Botox

La toxine botulique, plus communément appelée Botox, permet le relâchement des muscles dans la partie où elle est injectée.

Les injections de toxine botulique servent essentiellement à atténuer les rides du visage. Le plus souvent, elles sont réalisées au niveau supérieur du visage, soit au niveau du front, de la ride du lion (inter-sourcilier) ou au niveau des pattes d’oie (péri orbitaire). Il est également possible d’agir sur d’autres zones, en fonction du ou de la patiente.

C’est une technique durable qui ne nécessite que de légères retouches une à deux fois par an. Sans douleur, les injections de toxine botulique peuvent être faites juste avant les fêtes pour un résultat visible immédiatement et ne nécessitant pas de repos particulier.

Opter pour l’acide hyaluronique

Lorsque les rides sont plus profondes, la toxine botulique peut ne pas suffire et dans ce cas, il faut opter pour des injections d’acide hyaluronique. Cette substance permet de combler, notamment, les rides pouvant apparaître au niveau des ailes du nez ou les plis d’amertume.

Le produit se présente sous la forme d’un gel injecté sous la peau et se mélangeant à l’eau naturellement présente dans le derme. Ainsi, la peau du visage est repulpée et retrouve, peu à peu, son aspect initial.

Les injections d’acide hyaluronique, tout comme les injections de toxine botulique, peuvent être commencées dès l’apparition des premières ridules d’expression, soit dès 25/30 ans.

Quelques ecchymoses peuvent apparaître après les injections et durer 2 à 5 jours. Il est donc conseillé de réaliser ces injections au moins une semaine avant les fêtes si vous souhaitez un résultat véritablement probant pour la fin décembre.

Ultherapy : pour un décolleté plus ferme

L’Ultherapy est une nouvelle technique esthétique utilisant les ultrasons focalisés pour aider à lutter les signes du temps qui passe. Elle peut s’utiliser sur le visage mais également sur le décolleté. Les ultrasons stimulent les différentes couches de la peau en profondeur sans altérer la peau en surface.
Ainsi, la peau est “liftée” sans avoir recours à une intervention de chirurgie esthétique.

Non invasive, cette technique permet de remodeler le visage, le cou et le décolleté. Le résultat est immédiat et donc visible dès la fin de la séance. Il reste très naturel et ne laisse aucune cicatrice.

Le Lipofilling

Le lipofilling est une méthode de chirurgie esthétique visant à réinjecter au patient sa propre graisse afin de remodeler ou d’augmenter le volume de la zone traitée. Si cette technique est surtout utilisée en chirurgie mammaire ou pour re-galber les fessiers, il n’est pas rare, aujourd’hui, d’utiliser le lipofilling pour combler un creux ou créer du volume sur le visage.

Si avec le temps vos joues se creusent ou si votre creux orbitaire devient trop important, il peut être judicieux de songer au lipofilling. Cela peut être le cas en cas de cernes très marqués ou de blépharoplastie (chirurgie des paupières) trop agressive.

Le lipofilling est une technique 100% naturelle qui permet de combler les rides creuses ou de redonner du volume au visage. Il est aussi possible de remodeler son menton ou la forme de son nez. Enfin, le lipofilling permet également de donner un beau coup d’éclat au visage ou d’effacer des cicatrices liées à de l’acné particulièrement sévère (surtout sur les cicatrices en forme  de cratère).

Le lipofilling ne laisse que peu de cicatrices et permet de reprendre rapidement une activité normale.

Communication sur l’actualité concernant les LAGC

Communication sur l’actualité concernant les LAGC

Depuis quelques jours, vous avez sans doute été sensibilisé aux différentes communications dans la presse scientifique et plus récemment la presse grand publique, aux suspicions de relation entre certains types d’implants mammaires et des cas de lymphome. Le LAGC ou Lymphome Anaplasique à Grandes Cellules est en effet au cœur d’une vaste campagne médiatique afin d’informer et prévenir le grand public des résultats de plusieurs publications et études scientifiques.

La réponse que vous doit votre chirurgien

Face à ce bruit médiatique j’ai souhaité apporter une réponse de professionnel de la chirurgie esthétique et de médecin soucieux avant tout de la santé de mes patientes.

La communication officielle

Je reprends ici une communication réalisée par le directoire professionnel des plasticiens en date du 22 novembre 2018 au sujet des lymphomes anaplasiques à grandes cellules.

“Au regard des données scientifiques dont il dispose, le Directoire Professionnel des Plasticiens réuni sous l’égide de la SoFCPRE recommande de ne plus mettre en place d’implants mammaires à surface macro-texturée de type BioCell® de la marque Allergan®”

De plus, la société savante complète ses préconisations ainsi

“Le directoire reste prudent concernant les autres implants à surface macro-texturée et les implants à surface recouverte de polyuréthane pour lesquels les études se poursuivent”

Le type de prothèse proposé dans mon cabinet

A titre personnel, et pour être totalement transparent avec vous, je n’utilise plus la macro-texture Biocell® d’Allergan® depuis la première évocation de lymphome décrit en 2015 par les instances médicales.
J’ai donc décidé d’appliquer moi-même le principe de précaution tant que le doute n’était pas levé.
Suite aux conseils de notre société savante, je n’utilise des implants texturés ou polyuréthanes que lorsque cela est strictement nécessaire. Dans ce cas là, il ne s’agit pas d’implants Biocell® Allergan®.

Suivi et prévoyance

Concernant les femmes actuellement porteuses d’implants mammaires macro-texturée de type Biocell® , l’instance ne préconise pas de retrait préventif de l’implant. Le risque d’apparition d’un LAGC est extrêmement faible.
Il est préconisé pour toutes les femmes porteuses d’implants mammaires, quelqu’ils soient, une visite de contrôle annuelle pour surveiller l’évolution. Cela est vrai dans tous les cas de prothèse, sans relation avec l’actualité récente.

En conclusion

Je comprends aisément l’inquiétude légitime qui peut gagner les personnes ayant eu recours à la pose d’une prothèse mammaire par mes soins ou de façon plus générale. Même si les cas sont aujourd’hui très peu nombreux en France ( on parle de 50 cas recensés en France pour 500 000 personnes portant des prothèses mammaires selon le réseau Lymphopath), il ne faut donc pas occulter leur existence et en tirer les conséquences vues plus haut.
Dans le cas de mes patientes, vous aurez donc ici toutes les informations permettant de vous rassurer sur la marque et les modèles d’implants utilisés.
Pour toutes celles qui souhaitent pratiquer une augmentation mammaire par prothèse ( ou dans le cadre d’une reconstruction) là encore, l’ensemble des inquiétudes devrait être levé. Ce sujet sera de toute façon abordé lors des 2 rendez vous préparatoires à l’intervention.
La conclusion du directoire dans son document est elle aussi intéressante à vous communiquer :

Tant en chirurgie reconstructrice qu’en chirurgie esthétique, et lorsqu’il n’existe pas de solution alternative raisonnable, le Directoire souligne que les bénéfices apportés aux patientes par les implants mammaires sont actuellement infiniment supérieurs au risque de LAGC

Si toutefois des zones de doutes persistaient, n’hésitez pas à prendre contact avec mon cabinet.

Vous trouverez ici la communication sur la surveillance des prothèses mammaires par l’ANSM ainsi que le communiqué du Directoire Professionnel des Plasticiens

Meeting Merz Expert Summit 2018 à Copenhague

Meeting Merz Expert Summit 2018 à Copenhague

Petit retour aujourd’hui sur ma participation au Meeting Merz Expert Summit 2018 qui s’est déroulé il y a quelques jours à Copenhague ( 16 au 18 novembre).
Ces manifestations, organisées en général par des laboratoires, sont des occasions très importantes dans notre domaine de confronter nos idées aux nouvelles technologies et aux approches différentes de nos confrères dans le monde entier

Ce congrès international dédié aux médecins esthétiques était consacré à la présentation de nombreuses nouveautés dans tous les domaines liés à cette spécialité, mais plus particulièrement vers les produits et injections, spécialité de la marque allemande organisatrice.
Ainsi, pendant les 3 jours plusieurs conférences et démonstrations permettent de découvrir l’avancée de certains laboratoires et fabricants dans des spécialités de plus en plus pointues.
C’est aussi le meilleur moyen de rencontrer des médecins venant du Brésil, du Canada, des USA et de différents pays européens pour partager nos techniques et s’informer des tendances dans les différents continents.

La médecine esthétique au service du “bien vieillir”

C’est l’un des tendances les plus marquées pour tous mes confrères.
Avec le vieillissement général de la population, et cela dans des conditions de santé toujours meilleures, l’envie de sentir belle ( ou beau) plus longtemps incite à de nouveaux traitements pour lutter contre les effets de l’âge.

Il a beaucoup été question de traitements par ultrasons comme l’Ulthérapy que je pratique déjà à Ajaccio pour des soins de la peau et embellir le décolleté. Des nouveautés pourraient apparaître dans ce domaine dans les mois à venir.
Nous reparlerons prochainement aussi de nouvelles pratiques telles que le Grid 21 lié à l’utilisation de toxine botulique ( le Botox)  ou encore le LipLush qui comme son nom l’indique est un nouveau traitement pour embellir le sourire et la bouche.

Au final, ce type d’événements me semblent toujours aussi important pour rester à la pointe des traitements que je pourrai ensuite vous proposer à Ajaccio.
La simple veille technologique n’est rien par rapport aux échanges entre professionnels.

Pour en savoir plus sur Merz Institue https://www.merz-institute.com/

Les questions les plus fréquentes concernant l’après augmentation mammaire

Les questions les plus fréquentes concernant l’après augmentation mammaire

Si vous êtes sur le point d’opter pour une intervention de chirurgie esthétique de votre poitrine, vous avez certainement un grand nombre d’interrogations et cela est totalement normal. L’inverse le serait moins.
Il existe des questions de choix de taille, de forme, de type d’augmentation par prothèse ou par injection… mais il existe aussi de nombreuses questions sur l’après…

Toutes les questions sur l’après augmentation mammaire.

C’est aussi pour cela que nous préconisons au moins deux rendez vous avant une intervention afin d’opter pour la meilleure solution pour vous mais aussi afin de lever tout doutes ou questionnements.
Toutefois, certaines questions, surtout concernant l’augmentation mammaire, sont plus fréquentes.
Voici donc quelques réponses que je serai ravi de développer avec vous lors du premier rendez vous préparatoire.

Est ce une opération est douloureuse ?

La problématique de la douleur est toujours la plus évoquée. Là encore, rien de plus normal que de rechercher le meilleur confort tout en étant consciente que pour toute intervention chirurgicale, la sensation de douleur est très fréquente.
Il n’existe pas de réponse universelle, puisque vous n’êtes pas égales face à cette sensation.
Toutefois, sachez que dans le cas d’une augmentation mammaire avec pose de prothèses sous le muscle pectoral, il est assez courant de ressentir des douleurs plus vives pendant quelques jours après l’intervention.
A contrario, l’augmentation mammaire par lipofilling ( ou injection de graisse) est la mieux acceptée puisque ne demandant pas de chirurgie lourde.

Aurai-je des cicatrices visibles ?

Là encore, il s’agit d’une question très fréquente et pour cause.  L’augmentation mammaire est bien souvent un acte d’estime de soi et de quête de beauté. Vous souhaitez donc connaître l’ensemble des conséquences possible parmi lesquelles les cicatrices. Je vous renvoi vers cet article que je vous ai proposé il y a quelques semaines concernant les cicatrices et l’augmentation mammaire.

Peut-on allaiter après une augmentation mammaire ?

Voici sans doute la question la plus posée par les plus jeunes d’entre vous qui songent à l’augmentation mammaire. La réponse est simple et sans équivoque : la pose de prothèse mammaire ne comporte aucun effet négatif sur le sein donc OUI l’allaitement est possible de la même façon qu’une poitrine non opérée.

Augmentation mammaire et grossesse sont elles compatibles ?

Vous pourrez sans soucis envisager une grossesse normale après une intervention. Toutefois, vous le savez, le corps et surtout la poitrine se modifient pendant cette période. Ce point doit être pris en compte lors de votre réflexion. De même, je préconise de laisser un délai de 9 à 12 mois une opération de la poitrine et une future grossesse.

Garde-t-on les prothèses à vie ?

Non, les prothèses posées sont constituées en général d’une enveloppe en silicone. Cette matière va connaitre une usure normale et progressive que chaque chirurgien maîtrise. On considère la durée de vie d’une prothèse mammaire d’environ 10 à 15 années. Au delà il faudra envisager son remplacement.

Les rapports sexuels post augmentation mammaire ?

C’est une question parfois un peu tabou mais qu’il est légitime de se poser.
Physiologiquement, il n’existe bien sûr aucune contre indication aux rapports sexuels après une intervention mammaire.
Toutefois, comme vu plus haut, la poitrine sera douloureuse ou sensible pendant plusieurs jours ou semaines. Il faut donc éviter les coups, les gestes un peu brusques ou les massages trop appuyés pour éviter la sensation de douleur. Tout comme certaines pratiques sportives sont peu recommandées et le port de la brassière quasi obligatoire, certaines pratiques ou positions seront à proscrire et il est conseiller de conserver un soutien gorge adapté le plus possible ( de nouvelles formes et matières arrivent !)

Existe-t-il des risques pour ma santé avec les prothèses mammaires ?

Alors que l’on vous sollicite énormément au dépistage du cancer du sein, il peut être légitime de se poser la question de l’interaction des prothèses sur la santé. A ce jour, et malgré de très nombreuses études scientifiques sérieuses, il n’existe aucun liens entre prothèse mammaire et risque accru de cancer du sein.
Les nouvelles prothèses sont parfaitement adaptées aux interventions. Si toutefois cette éventualité vous angoisse, je vous invite alors à envisager l’augmentation mammaire par injection de graisse.

Existe-t-il des contre-indications dans la vie de tous les jours ?

Une fois l’intervention réalisée et le temps de cicatrisation respecté, il n’existe aucune pratique qui vous soit interdit; Vous pourrez tous les sports y compris ceux exerçant une forte pression ( plongée, chute libre…) ou ceux encourant des risques de coups ( boxe, équitation, VTT, sports collectifs etc..).
De même dans la vie courante, vous pourrez prendre l’avion sans aucun risque ( la pression dans l’avion est la même que sur terre, c’est le principe d’une cabine pressurisée) ou encore bronzer sur la plage seins nus ( respectez bien le temps de cicatrisation et pensez à protéger votre peau et cicatrices plus que sur les autres zones pendant la première année)

Mais n’hésitez pas à prendre contact avec mon cabinet pour faire le point sur toutes ces questions et celles qui vous sont personnelles. 

Participez à l’interview du magazine Anti Age

Participez à l’interview du magazine Anti Age

Le jeudi 8 novembre, j’aurai le plaisir de participer à une interview organisée par le magazine Anti-âge.
Nous y parlerons des différentes solutions proposées pour lutter contre la cellulite.
Retrouvez cette communication sur la page Facebook du magazine et Le siparticipez via le réseau social en posant dès à présent vos questions.

“Le Docteur Antoine Alliez, spécialiste en chirurgie plastique et reconstructrice, vous présentera une solution qui a su faire ses preuves auprès des femmes.
➡️ Partagez vos interrogations personnelles et 3 commentaires seront soumis directement à l’expert.  📽️ Lors de cette interview, le Docteur Antoine Alliez répondra donc à 3 d’entre vous. ”

La version française du site du magazine : http://www.anti-age-magazine.com/fr/
La page Facebook du magazine https://www.facebook.com/anti.age.magazine

 

Bien faire la différence entre cryolipolyse et cryothérapie

Bien faire la différence entre cryolipolyse et cryothérapie

La cryolipolyse et la cryothérapie sont deux procédés utilisant le froid intense dans un but médical. Elles connaissent toutes les deux un vrai succès d’estime au près du grand public. Mais connaissez vous bien les différences majeures de ces 2 approches, d’autant que l’objectif à atteindre est très différent en fonction de l’une ou l’autre. Cette petite mise au point est surtout destinée à lever les doutes persistants sur la méthode la plus adaptée au traitement du surpoids.

La cryothérapie : quelles sont ses spécificités ?

A la base, la cryothérapie est surtout pratiquée pour traiter des lésions et apaiser les douleurs musculaires.
Elle est aujourd’hui très utilisée par les sportifs de haut niveau suite à une grosse charge de pratique traumatisante ou dans le cadre d’un entrainement spécifique. Mais tous les sportifs n’y ont pas recours de façon systématique ni régulière. Le suivi doit être fait de façon médical et organisé dans la pratique.
Depuis peu, l’utilisation de la cryothérapie est aussi apparue dans la quête de la perte de poids.
Avec la cryothérapie, le patient entre dans une cabine, debout avec la tête à l’extérieur. Un froid sec est alors diffusé dans la cabine (les températures peuvent descendre jusqu’à -150°C) pendant environ 1 minute 30 à 3 minutes. La température du corps reste la même et les extrémités du corps sont protégées.
La cryothérapie crée un choc thermique qui oblige le corps à brûler des graisses pour se réchauffer.
Il s’agit donc d’un traitement “général” basé sur l’effort fait par le corps pour lutter contre le froid et brûler les graisses superflues.
Cela est indiscutable. Toutefois, l’effet à court terme pour cet objectif semble moins évident, comme le fait de traiter de façon précise une zone ciblée de corps.
La cryothérapie permettrait de se débarrasser de la graisse mais diminuerait également la cellulite. A noter que la cryothérapie élimine les toxines de la cellulite mais pas l’effet peau d’orange qui l’accompagne. Cette technique n’élimine pas la graisse sous-cutanée.
Une séance de cryothérapie s’effectue dans une clinique, dans un institut de beauté ou encore dans des centres de thalassothérapie et de cryothérapie spécialisés.

La cryolipolyse, un traitement vraiment efficace !

La cryolipolyse est une technique différente et dont l’efficacité à été démontré depuis de nombreuses années. Egalement appelée coolsculpting, cette méthode nécessite que la zone à traiter possède un bourrelet de graisse d’un minimum de 3 cm d’envergure pour être réalisée. Lors de la séance, le pli graisseux est aspiré à l’aide d’une ventouse (criode) qui “congèle” la partie du corps de laquelle la patiente souhaite diminuer le volume graisseux.

Pour réaliser une séance de cryolipolyse, il faut utiliser un appareillage spécifique : le Zeltiq, seul objet du genre sur le marché de l’esthétique à l’heure actuelle. Cette machine équipée de ventouses permet de s’adapter à la zone du corps traitée et d’évaluer la température idéale à utiliser selon l’épaisseur des tissus du patient.
Ainsi, les cellules graisseuses sont détruites mais la peau du patient ne subit aucun dommage (lésions ou brûlures).
Il est possible de traiter plusieurs zones avec la cryolipolyse :

  • jambes
  • bras
  • ventre
  • fesses

Après la séance, la peau est toujours “congelée”, il convient donc de la réchauffer, de lui rendre son aspect normal et de retendre les tissus.

La cryolipolyse permet d’éliminer, en 3 séances maximum, avec deux mois d’intervalles plus de 80% des cellules graisseuses de la zone traitée. C’est une solution qui permet d’éviter le recours à une liposuccion ou tout autre opération de chirurgie esthétique plus lourde. Elle est donc réalisée dans le cabinet, de façon plus simple et légère.
La graisse sous-cutanée est immédiatement détruite et ne se régénère pas. Ainsi, le résultat est visible au bout d’à peine quelques semaines.

Pin It on Pinterest