La technique UrgoTouch

La technique UrgoTouch

Comme évoqué dans ce précédent post du blog (relire :  Augmentation mammaire et cicatrice) dès qu’une intervention chirurgicale est effectuée, les cicatrices sont inévitables.
Même si la chirurgie esthétique a fait de nombreux progrès à bien des niveaux ces dernières années, il restait un point sur lequel elle butait : la visibilité des cicatrices.
Focus aujourd’hui sur une technique mise au point pour favoriser la cicatrisation et obtenir des résultats encore plus esthétiques : la technique UrgoTouch.

La cicatrisation, phénomène normal

Peu importe la compétence du chirurgien, la cicatrisation est différente pour chacun. Si tout se passe bien dans la très grande majorité des cas, il peut aussi arriver que la cicatrisation soit plus compliquée ou plus longue comme par exemple les problèmes spécifiques liés au tabagismeIl y a aussi des patients qui souhaitent que la cicatrice soit la moins visible possible. Les chirurgiens utilisent alors différentes techniques en pratiquant les incisions dans les plis naturels de la peau, sous les cheveux ou autres endroits les moins visibles possibles.

Certaines interventions nécessitent de plus “grandes” incisions plus difficilement dissimulables comme certaines chirurgies mammaires, les liftings corporels ou encore la plastie abdominale.
Jusqu’alors, la seule façon d’améliorer l’aspect d’une cicatrice assez peu esthétique était d’intervenir après le processus de cicatrisation, soit un ou deux ans.
UrgoTouch permet d’intervenir sur la cicatrice dès le jour de l’opération.

L’innovation UrgoTouch

Développée par le laboratoire français Urgo Médical, la technologie UrgoTouch permet d’améliorer le résultat du processus de cicatrisation grâce à un laser portatif. Le laser UrgoTouch est recommandé dans le traitement des cicatrices chirurgicales. Il tend à améliorer le résultat de la cicatrisation en une seule séance et ce dès la fin de l’opération, avant la phase inflammatoire. Il est particulièrement indiqué aux personnes qui présentent des difficultés de cicatrisation. Le laser UrgoTouch est le résultat de dix années de recherches d’experts du laser, de chirurgiens esthétiques et de dermatologues travaillant en étroite collaboration.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Pour en faciliter l’utilisation et le maintien, le laser portatif UrgoTouch est miniaturisé pour une meilleure prise en main du chirurgien. A la fin de l’intervention, au moment des sutures, le chirurgien utilise UrgoTouch . Il pose sur la cicatrice une bandelette qui contient des cartes à puce, lesquelles vont automatiser le balayage du laser et ainsi permettre de délivrer l’énergie nécessaire à la cicatrisation.

Le traitement au laser dure environ 12 secondes. L’énergie envoyée sous la peau stimule les protéines de choc thermique qui aident à combattre l’inflammation. La cicatrice sera de meilleure qualité, les fibres de collagènes contenues dans la peau sont moins traumatisées et plus organisées. Grâce à cette technique, il est possible d’améliorer l’aspect de la cicatrice à 40%. Ce traitement se déroule sous anesthésie et est parfaitement indolore.

L’utilisation du laser UrgoTouch est un vrai avantage concernant certaines chirurgies importantes. Il peut aussi être utilisé pour des cicatrices moins grandes comme celles visibles après une ablation de grain de beauté.

Le système laser UrgoTouch peut être utilisé sur tout type de peau. Son efficacité a été prouvée grâce à un test clinique effectué sur 40 personnes ayant expérimenté une réduction mammaire ou une opération au niveau abdominal à l’Hôpital de la Conception situé à Marseille.

Avec la technologie brevetée Scar Control System, la technique UrgoTouch ne nécessite pas de réglage particulier ou de paramétrage en amont. La procédure est complètement sécurisée et automatisée.

Précautions particulières

Il n’existe aucune précaution particulière à prendre pour profiter du traitement laser UrgoTouch autres que celles à prendre avant toute opération de chirurgie.
Il faut prendre en compte un nombre d’éléments pour déterminer si le patient peut bénéficier du traitement comme ses antécédents d’affections dermatologiques, troubles de la cicatrisation, ou maladies auto-immunes ; les traitements pouvant interférer avec la cicatrisation ; l’absence d’implants, prothèses ou tatouages qui peuvent gêner les tissus échauffés par le laser.

Après l’intervention, il faut éviter d’exposer la cicatrice au soleil et il est d’ailleurs recommandé d’utiliser des protections à l’indice élevé (au moins 50) pendant au moins 6 mois. Il faut aussi penser à bien hydrater la zone traitée pour aider la peau à bien cicatriser et à se remettre. Il faut masser la cicatrice quotidiennement.

Il convient d’éviter de se baigner pendant les 6 semaines qui suivent l’intervention ou après accord du chirurgien. Il est conseillé d’éviter les mouvements trop amples car la cicatrice est encore fragile.